Crédit

Le rachat de crédit pour les chomeurs

Disons-le tout de suite, car le but de ce blog est d’informer honnêtement les consommateurs sur les chances de refinancement qu’ils possèdent, le rachat de crédit pour un chômeur est impossible en l’état actuel des choses.

Le rachat de crédit pour chômeur est-il possible ?

Rachat de crédit pour les chomeurs

Le fait est qu’une personne sans emploi ne présente absolument aucune garantie de pérennité des revenus constitués par les indemnités de chômage limités dans le temps. Ainsi la seule manière pour un chômeur de faire reprendre ses crédits est de trouver parmi un membre de sa famille proche qui accepterait de souscrire en son propre nom un prêt personnel du montant nécessaire, à ses risques et périls et évidemment à condition qu’elle ai la capacité d’emprunter correspondante. C’est donc exclusivement une affaire familiale et de confiance. Du côté des banques et des établissements de crédit, il n’y a rien à espérer, à moins que …

 

Il existe un  cas où l’on peut être chômeur et emprunteur

C’est lorsque vous vivez en couple, que vous soyez mariés, pacsés ou en union libre, et que l’autre dispose de revenus suffisants, donc d’une capacité d’endettement lui permettant d’obtenir à lui seul le regroupement de crédits, peu important d’ailleurs par lequel des deux ces derniers ont été souscrits. Dans ce cas, celui des deux qui est au chômage pourra néanmoins être co-emprunteur.

Attention : le taux d’endettement sera donc déterminé par les revenus réguliers et pérennes du seul emprunteur qui est en activité, mais les charges, qu’il s’agisse du logement commun ou d’une pension alimentaire versée par celui qui est au chômage, lui seront imputés en totalité. Ainsi, même en union libre, celui des deux qui travaille ne pourra se prétendre hébergé par celui qui est au chômage pour bénéficier de la pratique du « loyer fictif » lorsque son montant est inférieur à celui du loyer réel du logement du couple.

 

Une caution solidaire peut-elle être envisagée ?

La banque de la personne se trouvant au chômage, en fonction de l’historique de leur relation notamment, pourrait peut-être accepter une caution solidaire, à condition encore qu’il s’agisse d’un membre de la famille proche (parent ou enfant). Pour ce dernier, cette solution est plus satisfaisante que de souscrire elle-même le prêt de restructuration puisqu’elle n’aura pas la qualité d’emprunteur et que la banque pourra poursuivre ce dernier lorsqu’il sera redevenu solvable.

En revanche, aucun établissement de crédit spécialisé n’accepte de caution solidaire pour un rachat de crédit. Il en existe (très peu) qui acceptent une caution hypothécaire, mais ce n’est pas du tout la même chose car si cette dernière peut voir son bien apporté en gage vendu en cas de défaillance de l’emprunteur, elle ne se substitue pas à lui face au prêteur qui devra d’abord le poursuivre. La caution hypothécaire sert de garantie financière au prêt de restructuration, mais ce dernier ne sera accordé qu’en fonction de la capacité d’endettement de l’emprunteur qui doit donc disposer de revenus réguliers et pérennes suffisants, autrement dit ne pas se trouver au chômage.

 

Il vaut donc mieux prévenir que guérir

La seule manière pour un chômeur de bénéficier d’un rachat de credit est de l’avoir obtenu avant de perdre son emploi et, plus précisément, avant qu’il ne fasse l’objet d’une procédure de licenciement.

Evidemment, il ne s’agit pas d’agir à la manière d’un « délit d’initié », c’est à dire d’agir lorsque l’on apprend suffisamment à l’avance que l’on va faire l’objet d’une procédure de licenciement à titre individuel ou collectif.

Même sans cette « complicité » et sans boule de cristal, on peut ressentir un tel risque. Toutefois, si l’entreprise qui vous emploie connaît des difficultés économiques avérées, il est à craindre que l’établissement de crédit que vous solliciterez pour votre regroupement de crédits en sera informé lors de ses recherches.

Avant donc que ces difficultés n’arrivent, si vous travaillez dans un secteur d’activité qui risque d’être impacté par la crise économique ou une évolution des marchés qui lui soit défavorable, il peut être prudent d’envisager un rachat de crédit pour anticiper une éventuelle baisse de revenus consécutive à une perte d’emploi ou à une réduction du temps de travail, par exemple, et d’adapter votre charge de remboursement de crédit à cette nouvelle donne.

Si le risque redouté ne se réalise pas ou que s’étant réalisé, vous retrouviez un emploi par la suite, vous pourrez toujours faire un devis de regroupement de vos prêts ou encore procéder à des remboursements partiels.

Enfin, si vous souhaitez avoir une solution pour investir, sachez que l’or est quelque chose que vous pouvez privilégier.

Laisser un Commentaire